Immobilier : bilan 2017 et projections 2018

Alors que la fin du premier trimestre 2018 approche, les professionnels de l’immobilier réalisent leur bilan de l’année 2017 et tentent de se projeter en 2018. LG Courtage pour propose de revenir sur l’année passée de voir si 2018 sera favorable à vos projets immobiliers.

2017 : une année exceptionnelle

Sur de nombreux point, l’année immobilière 2017 s’est révélée exceptionnelle :

Du côté du volumes d’une part, puisque, avec 140 000 transactions dans l’ancien de plus qu’en 2016, la hausse s’élève à 17% (soit 42% de transactions en plus en 3 ans). Le secteur du neuf comptabilise pour sa part quelques 158 000 logements vendus en 2017, soit 5,9% de plus qu’en 2016.

Du côté des prix d’autre part, puisque le marché repart à la hausse, le prix moyen au m² augmentant de 4,2%. A ce niveau, on enregistre par ailleurs de fortes disparités selon les régions, Bordeaux est ainsi la ville qui enregistre la hausse la plus importante (12%).

En conséquence de cette hausse des prix, le pouvoir d’achat est quant à lui en recul. Mais on parle bien de tendance car quelques villes, dont Angers, tirent leur épingle du jeu et voient leur pouvoir d’achat immobilier progresser.

En légère hausse sur l’année 2017, les taux d’emprunts sont restés particulièrement attractifs (aux alentours de 1,6% sur 20 ans en décembre 2017). Couplés aux divers dispositifs d’aide à l’achat tel que le Prêt à Taux Zéro, ces taux ont stimulés les projets, notamment chez les primo-accédants qui ont souscrits 29% des crédits immobiliers en 2017.

Pas de rupture en 2018

Comme en chaque début année, les mesures gouvernementales pour l’immobilier étaient particulièrement attendues. Ainsi, le PTZ et le dispositif Pinel se voient tous deux reconduits mais restreints dans leurs zones d’attribution.

Pour ce qui est du taux des prêts immobiliers, la tendance attendue est similaire à 2017, à savoir une hausse contenue de l’ordre de 0,2 points. Les projections sur les prix dans l’immobilier en 2018 tablent quant à elles sur une hausse d’environ 2% avec toujours de fortes disparités en fonction des villes ou des régions.

Entre conditions de financements et aide à l’accession, la conjoncture immobilière 2018 reste donc particulièrement favorables aux acheteurs.

Si le marché sera probablement moins euphorique que l’année passée, a priori aucune rupture ne devrait intervenir en 2018. Il est donc encore temps d’acheter ou de faire construire !