Prêt relais

LE PRÊT RELAIS

Le prêt relais intervient lorsque vous achetez un nouveau bien immobilier avant d’avoir revendu celui que vous possédez déjà.

Afin de faciliter votre nouvelle acquisition, l’établissement préteur va vous avancer une partie de ce que vous allez récupérer sur la vente de votre premier bien. Cette avance sur votre apport futur est appelée « prêt relais ».

Pour calculer le montant de votre prêt relais, il faut une estimation de votre bien réalisée par un notaire ou par une agence immobilière (justificatif écrit obligatoire). Du montant estimé seront imputées les sommes vous restant à payer sur ce bien. L’établissement préteur vous avancera entre 60% et 80% du résultat obtenu.

Afin de valider la valeur de votre bien immobilier, certains organismes préteurs le feront estimer par un de leurs experts.

Exemple, avec une participation de la banque à hauteur de 70% des sommes à récupérer sur la vente :

Valeur de votre bien 200 000 €
– Capital restant à rembourser 80 000 €
>= Sommes à récupérer 140 000 €
x pondération 70%
= Montant du prêt relais 98 000 €

Le prêt relais peut durer de 12 à 24 mois, selon les organismes préteurs. Vous avez donc tout ce temps pour vendre votre bien.

Comme tout prêt, celui-ci génère des intérêts, calculés et payables mensuellement. Néanmoins, il est possible, selon négociation avec l’organisme préteur, d’appliquer un différé sur les intérêts et de les payer intégralement à la vente de votre bien.

Pourquoi l’établissement préteur n’avance qu’une partie des sommes à récupérer ?

Les acquéreurs négocient toujours le prix du bien. L’établissement préteur va donc prévoir cette marge de négociation afin que vous n’ayez pas « la corde au cou ».

Selon le contexte du marché de l’immobilier et en fonction de si vous avez déjà signé un compromis de vente ou non, la banque va décider de vous avancer entre 60% et 80% des sommes que vous espérez récupérer sur la vente de votre bien actuel.

Une fois la vente de votre bien faite, vous aurez à rembourser le prêt restant en cours sur le bien vendu et les frais annexes (indemnités de remboursement anticipé, main levée d’hypothèque), le prêt relais et payer les éventuels intérêts différés.

S’il vous reste de l’argent après avoir tout remboursé, vous pourrez le réinjecter dans le nouveau prêt immobilier afin d’en diminuer la durée ou les mensualités.